*
             
Rue du Torrent 6
 

Des relieuses dans l'avion :)

Dlignes a été invité il y a près d'une année à un événement en Angleterre. Il s'agissait d'une conférence donné par des artistes anglais qui avaient participé à une résidence à Trélex, près de Nyon. L'organisatrice de cette résidence (et de bien d'autres), Nina, nous a présenté à ces artistes dans le cadre de projets qu'ils réalisaient. Ils sont venus dans notre atelier et ont pu y faire des travaux pour eux. Certains d'entre eux nous ont commandé des choses plus complexes que nous avons réalisés pour eux. C'était donc l'occasion de leur livrer les produits finis, de prendre un peu l'air et de prendre contact avec nos homologues d'outre-Manche. Tessa et moi nous sommes donc envolées pour Londres en début d'année, confiant les clés de la maison à Adeline.

La conférence était intéressante, bien que mon anglais soit si mauvais que j'en ai surtout retiré un sentiment général, ben... d'art, quoi. Des artistes qui parlaient de leur art, un langage qui peut être aussi cryptique dans n'importe quelle langue.

Heureusement, Tessa étais là pour relater les informations primordiales et les "private-jokes" tendancieux :) 

Nous sommes ensuite passées au vernissage où un homme à l'air critique examinait les livres présentés en soupirant. Reconnaissant-là ses propres déformations professionnelles, Tessa l'a approché et le hasard faisant bien les choses, nous avons fait la connaissance de Mark Cockram, avec qui nous avions rendez-vous le lendemain. 

Cet homme a la classe !

Relieur de son état, grand défenseur du métier et véritable artiste du livre, il nous a fait visiter son atelier et a partagé avec nous quelques secrets de relieur. Un type épatant, comme dirait mon grand-père. Mais quel autre terme lui adjoindre ? Convaincu qu'il faut tout simplement oser tenter des choses et continuer à s'amuser, il s'est révélé une source d'inspiration.

    

Son site : http://www.markcockrambooks.co.uk

Plusieurs pintes au coin d'un feu dans un bar anglais typique et nous avons refait le monde, mon ignoble anglais laissant place à la langue universelle des gens bourrés.C'est avec regret que notre seconde journée s'est terminée et que nous avons dû revenir à l'auberge de jeunesse.

Il nous est arrivé de multiples anecdotes que je n'exposerais pas ici, car vous ne nous croiriez pas, entre la rue qui n'existait pas, la découverte d'une occasion inespérée de voir la plus grande collection de livres d'art d'Angleterre, qui s'est révélée une fausse joie, vu que le musée était justement fermé le jour où nous y sommes allées, la bizarre habitude des londoniens de ne plus boire après 22 ou 23 heures... Néanmoins, ce voyage nous a permis de réaliser que beaucoup reste à faire mais que nous ne sommes pas seules à croire que la reliure a encore de beaux jours devant elle.

Je terminerais sur cette citation de Mark après qu'il ait exécuté une boîte montée en 15 secondes environ et qu'il a croisé mon regard admirateur : "Easy."  

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail