*
             
Rue du Torrent 6
 

Anne Cuneo est décédée ce mercredi 12 février 2015. Mais qui est donc cette femme ?

Une sacré bonne femme, comme on dirait chez nous ! Italienne d’origine, née en 1936 (pas une année terrible en Italie), orpheline de père tôt dans son enfance, elle a vécu avec son frère dans plusieurs orphelinats avant de venir en Suisse. Elle passe par l’Angleterre pendant une année avant de revenir par chez nous et d’entamer des études de journalisme et de conseillère en publicité. Elle travaille à la TSR (connue par les plus jeunes d’entre nous sous le nom de RTS) et à la DRS. Elle a écrit de nombreux livres, a réalisé des films et des pièces de théâtre. Elle a d’ailleurs reçu le Prix Schiller pour l’ensemble de son œuvre et le titre de Chevalier des Arts et des Lettres, ainsi que celui de Commandeur de l’Ordre national du Mérite.

Dans le milieu de l’imprimerie et de la reliure, elle est surtout connue pour avoir écrit « le Maître de Garamond », un énorme pavé qui était au programme de culture générale de nos cours d’apprentissage. Malgré ses 619 pages ( !), ce livre arrive à être prenant et à tenir en haleine le lecteur tout au long de ses pages sur un sujet qui a priori n’est pas le plus excitant du monde : l’histoire d’un apprenti imprimeur et de son maître, qui finira brûlé sur la place publique sous des allégations infondées (pas de spoilers ici, c’est le début du livre). Il s’agit d’une histoire poignante de l’artisanat et des idées d’une époque obscure pour beaucoup d’entre nous : la Renaissance française.

Merci Madame Cuneo pour avoir fait mieux connaître notre métier et celui des imprimeurs, typographes et autres éditeurs. Antoine Augereau n’a jamais été aussi classe, ni Rabelais aussi attachant.

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail